Lire Des Livres.fr » Victor Hugo » Les Misérables » Marius » Livre huitième _ Le mauvais pauvre - Chapitre XIV - Où un agent de police donne deux coups de poing à un avocat

Chapitre XIV - Où un agent de police donne deux coups de poing à un avocat

Arrivé au numéro 14 de la rue de Pontoise, il monta au premier et demanda le commissaire de police.
—Monsieur le commissaire de police n'y est pas, dit un garçon de bureau quelconque ; mais il y a un inspecteur qui le remplace. Voulez-vous lui parler ? est-ce pressé ?
—Oui, dit Marius.
Le garçon de bureau l'introduisit dans le cabinet du commissaire. Un homme de haute taille s'y tenait debout, derrière une grille, appuyé à un poêle, et relevant de ses deux mains les pans d'un vaste carrick à trois collets. C'était une figure carrée, une bouche mince et ferme, d'épais favoris grisonnants très farouches, un regard à retourner vos poches. On eût pu dire de ce regard, non qu'il pénétrait, mais qu'il fouillait.
Cet homme n'avait pas l'air beaucoup moins féroce ni beaucoup moins redoutable que Jondrette ; le dogue quelquefois n'est pas moins inquiétant à rencontrer que le loup.
—Que voulez-vous ? dit-il à Marius, sans ajouter monsieur.
—Monsieur le commissaire de police ?
—Il est absent. Je le remplace.
—C'est pour une affaire très secrète.
—Alors parlez.
—Et très pressée.
—Alors, parlez vite.
Cet homme, calme et brusque, était tout à la fois effrayant et rassurant. Il inspirait la crainte et la confiance. Marius lui conta l'aventure.
—Qu'une personne qu'il ne connaissait que de vue devait être attirée le soir même dans un guet-apens ;—qu'habitant la chambre voisine du repaire il avait, lui Marius Pontmercy, avocat, entendu tout le complot à travers la cloison ;—que le scélérat qui avait imaginé le piège était un nommé Jondrette ;—qu'il aurait des complices, probablement des rôdeurs de barrières, entre autres un certain Panchaud, dit Printanier, dit Bigrenaille ;—que les filles de Jondrette feraient le guet ;—qu'il n'existait aucun moyen de prévenir l'homme menacé, attendu qu'on ne savait même pas son nom ;—et qu'enfin tout cela devait s'exécuter à six heures du soir au point le plus désert du boulevard de l'Hôpital, dans la maison du numéro 50-52.
À ce numéro, l'inspecteur leva la tête, et dit froidement :
—C'est donc dans la chambre du fond du corridor ?
—Précisément, fit Marius, et il ajouta :—Est-ce que vous connaissez cette maison ?
L'inspecteur resta un moment silencieux, puis répondit en chauffant le talon de sa botte à la bouche du poêle :
—Apparemment.
Il continua dans ses dents, parlant moins à Marius qu'à sa cravate :
—Il doit y avoir un peu de Patron-Minette là dedans.
Ce mot frappa Marius.
—Patron-Minette, dit-il. J'ai en effet entendu prononcer ce mot-là.
Et il raconta à l'inspecteur le dialogue de l'homme chevelu et de l'homme barbu dans la neige derrière le mur de la rue du Petit-Banquier.
L'inspecteur grommela :
—Le chevelu doit être Brujon, et le barbu doit être Demi-Liard, dit Deux-Milliards.
Il avait de nouveau baissé les paupières, et il méditait.
—Quant au père Chose, je l'entrevois. Voilà que j'ai brûlé mon carrick. Ils font toujours trop de feu dans ces maudits poêles. Le numéro 50-52. Ancienne propriété Gorbeau.
Puis il regarda Marius.
—Vous n'avez vu que ce barbu et ce chevelu ?
—Et Panchaud.
—Vous n'avez pas vu rôdailler par là une espèce de petit muscadin du diable ?
—Non.
—Ni un grand gros massif matériel qui ressemble à l'éléphant du Jardin des Plantes ?
—Non.
—Ni un malin qui a l'air d'une ancienne queue-rouge ?
—Non.
—Quant au quatrième, personne ne le voit, pas même ses adjudants, commis et employés. Il est peu surprenant que vous ne l'ayez pas aperçu.
—Non. Qu'est-ce que c'est, demanda Marius, que tous ces êtres-là ?
L'inspecteur répondit :
—D'ailleurs ce n'est pas leur heure.
Il retomba dans son silence, puis reprit :
—50-52. Je connais la baraque. Impossible de nous cacher dans l'intérieur sans que les artistes s'en aperçoivent. Alors ils en seraient quittes pour décommander le vaudeville. Ils sont si modestes ! le public les gêne. Pas de ça, pas de ça. Je veux les entendre chanter et les faire danser.
Ce monologue terminé, il se tourna vers Marius et lui demanda en le regardant fixement :
—Aurez-vous peur ?
—De quoi ? dit Marius.
—De ces hommes ?
—Pas plus que de vous ! répliqua rudement Marius qui commençait à remarquer que ce mouchard ne lui avait pas encore dit monsieur.
L'inspecteur regarda Marius plus fixement encore et reprit avec une sorte de solennité sentencieuse.
—Vous parlez là comme un homme brave et comme un homme honnête.
Le courage ne craint pas le crime, et l'honnêteté ne craint pas l'autorité.
Marius l'interrompit :
—C'est bon ; mais que comptez-vous faire ?
L'inspecteur se borna à lui répondre :
—Les locataires de cette maison-là ont des passe-partout pour rentrer la nuit chez eux. Vous devez en avoir un ?
—Oui, dit Marius.
—L'avez-vous sur vous ?
—Oui.
—Donnez-le-moi, dit l'inspecteur.
Marius prit sa clef dans son gilet, la remit à l'inspecteur, et ajouta :
—Si vous m'en croyez, vous viendrez en force.
L'inspecteur jeta sur Marius le coup d'œil de Voltaire à un académicien de province qui lui eût proposé une rime ; il plongea d'un seul mouvement ses deux mains, qui étaient énormes, dans les deux poches de son carrick, et en tira deux petits pistolets d'acier, de ces pistolets qu'on appelle coups de poing. Il les présenta à Marius en disant vivement et d'un ton bref :
—Prenez ceci. Rentrez chez vous. Cachez-vous dans votre chambre. Qu'on vous croie sorti. Ils sont chargés. Chacun de deux balles. Vous observerez, il y a un trou au mur, comme vous me l'avez dit. Les gens viendront. Laissez-les aller un peu. Quand vous jugerez la chose à point, et qu'il sera temps de l'arrêter, vous tirerez un coup de pistolet. Pas trop tôt. Le reste me regarde. Un coup de pistolet en l'air, au plafond, n'importe où. Surtout pas trop tôt. Attendez qu'il y ait commencement d'exécution, vous êtes avocat, vous savez ce que c'est.
Marius prit les pistolets et les mit dans la poche de côté de son habit.
—Cela fait une bosse comme cela, cela se voit, dit l'inspecteur.
Mettez-les plutôt dans vos goussets.
Marius cacha les pistolets dans ses goussets.
—Maintenant, poursuivit l'inspecteur, il n'y a plus une minute à perdre pour personne. Quelle heure est-il ? Deux heures et demie. C'est pour sept heures ?
—Six heures, dit Marius.
—J'ai le temps, reprit l'inspecteur, mais je n'ai que le temps. N'oubliez rien de ce que je vous ai dit. Pan. Un coup de pistolet.
—Soyez tranquille, répondit Marius.
Et comme Marius mettait la main au loquet de la porte pour sortir l'inspecteur lui cria :
—À propos, si vous aviez besoin de moi d'ici-là, venez ou envoyez ici. Vous feriez demander l'inspecteur Javert.