Lire Des Livres.fr » Victor Hugo » Les Misérables » Cosette » Livre troisième _ Accomplissement de la promesse faite à la morte - Chapitre III - Il faut du vin aux hommes et de l'eau aux chevaux
Programme Télévision Samedi

Chapitre III - Il faut du vin aux hommes et de l'eau aux chevaux

Il était arrivé quatre nouveaux voyageurs.
Cosette songeait tristement ; car, quoiqu'elle n'eût que huit ans, elle avait déjà tant souffert qu'elle rêvait avec l'air lugubre d'une vieille femme.
Elle avait la paupière noire d'un coup de poing que la Thénardier lui avait donné, ce qui faisait dire de temps en temps à la Thénardier :—Est-elle laide avec son pochon sur l'œil !
Cosette pensait donc qu'il était nuit, très nuit, qu'il avait fallu remplir à l'improviste les pots et les carafes dans les chambres des voyageurs survenus, et qu'il n'y avait plus d'eau dans la fontaine.
Ce qui la rassurait un peu, c'est qu'on ne buvait pas beaucoup d'eau dans la maison Thénardier. Il ne manquait pas là de gens qui avaient soif ; mais c'était de cette soif qui s'adresse plus volontiers au broc qu'à la cruche. Qui eût demandé un verre d'eau parmi ces verres de vin eût semblé un sauvage à tous ces hommes. Il y eut pourtant un moment où l'enfant trembla : la Thénardier souleva le couvercle d'une casserole qui bouillait sur le fourneau, puis saisit un verre et s'approcha vivement de la fontaine. Elle tourna le robinet, l'enfant avait levé la tête et suivait tous ses mouvements. Un maigre filet d'eau coula du robinet et remplit le verre à moitié.
—Tiens, dit-elle, il n'y a plus d'eau ! puis elle eut un moment de silence.
L'enfant ne respirait pas.
—Bah, reprit la Thénardier en examinant le verre à demi plein, il y en aura assez comme cela.
Cosette se remit à son travail, mais pendant plus d'un quart d'heure elle sentit son cœur sauter comme un gros flocon dans sa poitrine.
Elle comptait les minutes qui s'écoulaient ainsi, et eût bien voulu être au lendemain matin.
De temps en temps, un des buveurs regardait dans la rue et s'exclamait :—Il fait noir comme dans un four !—Ou :—Il faut être chat pour aller dans la rue sans lanterne à cette heure-ci !—Et Cosette tressaillait.
Tout à coup, un des marchands colporteurs logés dans l'auberge entra, et dit d'une voix dure :
—On n'a pas donné à boire à mon cheval.
—Si fait vraiment, dit la Thénardier.
—Je vous dis que non, la mère, reprit le marchand.
Cosette était sortie de dessous la table.
—Oh ! si ! monsieur ! dit-elle, le cheval a bu, il a bu dans le seau, plein le seau, et même que c'est moi qui lui ai porté à boire, et je lui ai parlé.
Cela n'était pas vrai. Cosette mentait.
—En voilà une qui est grosse comme le poing et qui ment gros comme la maison, s'écria le marchand. Je te dis qu'il n'a pas bu, petite drôlesse ! Il a une manière de souffler quand il n'a pas bu que je connais bien.
Cosette persista, et ajouta d'une voix enrouée par l'angoisse et qu'on entendait à peine :
—Et même qu'il a bien bu !
—Allons, reprit le marchand avec colère, ce n'est pas tout ça, qu'on donne à boire à mon cheval et que cela finisse !
Cosette rentra sous la table.
—Au fait, c'est juste, dit la Thénardier, si cette bête n'a pas bu, il faut qu'elle boive.
Puis, regardant autour d'elle :
—Eh bien, où est donc cette autre ?
Elle se pencha et découvrit Cosette blottie à l'autre bout de la table, presque sous les pieds des buveurs.
—Vas-tu venir ? cria la Thénardier.
Cosette sortit de l'espèce de trou où elle s'était cachée. La Thénardier reprit :
—Mademoiselle Chien-faute-de-nom, va porter à boire à ce cheval.
—Mais, madame, dit Cosette faiblement, c'est qu'il n'y a pas d'eau.
La Thénardier ouvrit toute grande la porte de la rue.
—Eh bien, va en chercher !
Cosette baissa la tête, et alla prendre un seau vide qui était au coin de la cheminée.
Ce seau était plus grand qu'elle, et l'enfant aurait pu s'asseoir dedans et y tenir à l'aise.
La Thénardier se remit à son fourneau, et goûta avec une cuillère de bois ce qui était dans la casserole, tout en grommelant :
—Il y en a à la source. Ce n'est pas plus malin que ça. Je crois que j'aurais mieux fait de passer mes oignons.
Puis elle fouilla dans un tiroir où il y avait des sous, du poivre et des échalotes.
—Tiens, mamzelle Crapaud, ajouta-t-elle, en revenant tu prendras un gros pain chez le boulanger. Voilà une pièce de quinze sous.
Cosette avait une petite poche de côté à son tablier ; elle prit la pièce sans dire un mot, et la mit dans cette poche.
Puis elle resta immobile, le seau à la main, la porte ouverte devant elle. Elle semblait attendre qu'on vînt à son secours.
—Va donc ! cria la Thénardier.
Cosette sortit. La porte se referma.