Lire Des Livres.fr » Victor Hugo » Le Dernier Jour d'un condamnée » XLIII
Programme Télévision Vendredi

XLIII

Le prêtre est bon, le gendarme aussi. Je crois qu'ils ont versé une larme quand j'ai dit qu'on m'emportât mon enfant.
C'est fait. Maintenant il faut que je me roidisse en moi-même, et que je pense fermement au bourreau, à la charrette, aux gendarmes, à la foule sur le pont, à la foule sur le quai, à la foule aux fenêtres, et à ce qu'il y aura exprès pour moi sur cette lugubre place de Grève, qui pourrait être pavée des têtes qu'elle a vu tomber.
Je crois que j'ai encore une heure pour m'habituer à tout cela.